Producteurs

image005.jpg

JE SUIS WILLIAM
THÉÂTRE MUSICALFraise.jpg

Une histoire fantaisiste et lumineuse sur la jeunesse inventée de Shakespeare…

Texte et paroles des chansons Rébecca Déraspe
Mise en scène et scénographie Sylvain Scott
Avec Édith Arvisais, Simon Labelle-Ouimet et Renaud Paradis

Musique Benoît Landry et Chloé Lacasse
Costumes Linda Brunelle
Éclairages Luc Prairie
Assistance à la mise en scène Dominique Cuerrier
Direction technique et de production Samuel Thériault

 Synopsis

Margaret, toute de timidité et d’ingénuité, passe ses nuits à écrire au grenier. Le jour où son frère William fait face à une peine d’amour exagérément déchirante, elle lui écrit une pièce de théâtre pour panser ses plaies. Ce dernier s’amourache littéralement des mots de sa cadette, il veut en faire profiter le monde entier. Mais ils savent tous deux qu’une telle entreprise est impossible : les femmes restent au foyer. Influencés par le noble Lord de Chambellan, ils décident de faire porter le masque de l’auteur à William. Pour que Shakespeare devienne Shakespeare. 

La question de l’identité de William Shakespeare et les polémiques érigées par les détracteurs de l’auteur sont terreau fertile. Selon certaines théories lubriques, l’homme de lettres n’aurait même pas existé. Tromperie! Duperie! En même temps, les mots, eux, existent et résonnent encore aujourd’hui.
Nous avons eu envie de jouer à « devine qui était Shakespeare » en lui imaginant une sœur bien plus talentueuse que lui : Margaret Shakespeare. Si cette cadette avait pris la plume à l’instar de son frère, aurait-elle eu la chance d’entendre ses mots résonner sur la place publique? C’est autour de cette fabulation que se déploie l’univers tragi-comique de la pièce Je suis William.

Intention du metteur en scène, Sylvain Scott 

C’est en novembre prochain au Théâtre du Vieux-Terrebonne que sera créé Je suis William une tragi-comédie de Rébecca Déraspe. Cette histoire singulière s’articulera autour de l’adolescence imaginaire de Shakespeare. Pour être un observateur de l’humain aussi fin et sensible et avoir déployé son œuvre impressionnante à travers drames, pièces historiques, comédies surréalistes, Shakespeare devait être de toute évidence un adolescent hors du commun, non? Peut-être pas…
Bien que l’histoire de Je suis William prenne sa source dans une époque bien loin de la nôtre, j’entends donner au spectacle une facture résolument contemporaine. Les thèmes intemporels de l’identité, de la fratrie et de la famille feront le pont entre le passé et le présent dans une mise en scène qui s’amusera à confronter les genres et les époques.
Avec ce nouveau spectacle destiné aux jeunes de 11 ans et plus, je désire poursuivre mon exploration du théâtre chanté. Pour cette production, j’imagine la musique comme une seule et unique partition. Comme le propre du théâtre musical repose sur cette idée de révéler l’intime par la musique, l’exploration de cette forme théâtrale pour les adolescents prend ici tout son sens. Le rapport qu’entretient l’adolescent avec la musique est intime et souvent révélateur.

Rébecca Déraspe, auteure

Rebecca Deraspe
Rébecca Déraspe a complété le programme d’écriture dramatique de l’École Nationale de Théâtre en mai 2010. Elle est l’auteure des textes Le Radeau (Théâtre de la Petite Marée, été 2011), Deux ans de votre vie (Salle Jean-Claude Germain du Théâtre d’Aujourd’hui, une production Les Biches Pensives, prix BMO auteur dramatique), Plus (+) que toi (Cercle Molière, Winnipeg, 2015), Votre crucifixion (Contes Urbains 2013, une production d’Urbi et Orbi, Théâtre La Licorne), Peau d’ours (Petit théâtre du Nord, été 2014, finaliste au prix Michel-Tremblay), Le merveilleux voyage de Réal de Montréal (Théâtre de la Petite Marée, été 2014 – en coproduction avec le Théâtre Bouches Décousues), Nino (Théâtre POCHE/GVE, Genève, décembre 2016), Gamètes (La Petite Licorne, mars 2017). Elle fait partie du collectif endoscope.collectif qui a créé la pièce Ceci est un meurtre (Théâtre Aux Écuries, avril 2015.). Elle travaille aussi comme scénariste.

Sylvain Scott, metteur en scène

Sylvain Scott 2.jpg
Cofondateur et codirecteur directeur artistique du Théâtre Le Clou, Sylvain Scott signe pour la compagnie les mises en scène de La langue du caméléon de Reynald Robinson, L’héritage de Darwin de Évelyne de la Chenelière, Isberg de Pascal Brullemans, L’Océantume, une adaptation théâtrale qu’il signe du roman de Réjean Ducharme puis tout récemment Le chant du koï, un musical de Jean-Philippe Lehoux et Ariane Bisson McLernon. Sur scène, on a pu le voir au Théâtre du Rideau Vert (Revue et corrigé 2012, Un violon sur le toit), dans les spectacles des Productions Libretto (Les Parapluies de Cherbourg, Frères de sang et L’homme de la Mancha), au TNM (Antoine et Cléopâtre, Jeanne Dark, L’Opéra de Quat’sous, Le Misanthrope), pour les Productions À tour de rôle (Un gorille à Broadway) et pour les productions Juste pour Rire (La mélodie du bonheur et Hairspray, mis en scène par Denise Filiatrault). En 2003, son interprétation de Sancho Panca lui vaut une nomination aux Masques. En 2005, il crée à la salle Jean-Claude Germain du Théâtre d’Aujourd’hui, La vraie vie est ailleurs, un théâtre musical conçu à partir des chansons de Réjean Ducharme et de Robert Charlebois qu’il interprète en solo. À titre de compositeur, on lui doit les musiques originales d’une douzaine de productions pour différentes compagnies dont le TNM, le Théâtre Le Clou, le Théâtre Bouches Décousues et le Trident à Québec.
Depuis 2001, il enseigne au Collège Lionel-Groulx dans le programme de théâtre musical. Il dirige également les finissants de ce programme dans Les Fantastiques, Nuit Night Notte, Tombés du nid et Neuf. Toujours à Lionel-Groulx, il a récemment signé la mise en scène de Après la pluie de Sergi Belbel avec les finissants en interprétation. Actuellement, il peaufine, avec le compositeur Benoit Sarrasin, l’écriture du livret d’un théâtre musical d’après l’histoire de Cordélia Viau.

Les comédiens

 Édith Arvisais

Edith Arvisais 2
Depuis sa sortie de l’Option-Théâtre du Collège Lionel-Groulx en 2006, on a pu voir Édith au théâtre et à la télévision. Durant l’été 2007, on la voit dans les parcs de la métropole dans la production Les Fourberies de Scapin / Scapin the Schemer (Répercussion Théâtre). En 2008, elle interprète le rôle-titre de la pièce Qu’est-ce qui reste de Marie-Stella? (Abat-Jour Théâtre). En 2010, elle personnifie la patineuse artistique Tonya Harding dans les Amateurs de sport (Théâtre Prospero). Elle est également de la création des deux premiers textes d’Eugénie Beaudry, Gunshot de Lulla West (Pars Pas) et Le Trou, toutes deux présentées au Théâtre Prospero. Pendant quatre ans, elle est de la distribution des Belles-Sœurs, un théâtre musical mis en scène par René-Richard Cyr (Théâtre d’Aujourd’hui). À la télévision, on peut la voir dans entre autres Il était une fois dans le trouble et Les Invincibles.

 Simon Labelle-Ouimet

Simon Labelle-Ouimet
Diplômé de l’École nationale de théâtre depuis 2011, Simon Labelle-Ouimet a fait partie de la distribution de plusieurs pièces de théâtre dont Pinocchio (Théâtre La Roulotte), Une lune entre deux maisons (Le Carrousel), Le chant de Sainte Carmen de la Main (TNM), Poésie, sandwichs et autres soirs qui penchent (Cinquième Salle, PDA), Les voisins ainsi qu’Intouchables (Théâtre du Rideau-Vert). À l’été 2017, il fera partie de la distribution de Footloose au Théâtre Saint-Denis (Juste pour rire). À la télévision, on a pu le voir dans Adam et Ève, Il était une fois dans le trouble et Les Sioui Bacon. En 2015, il incarnait Alexis dans la série Marche à l’ombre réalisée par Francis Leclerc.

 Renaud Paradis

Renaud Paradis 2.jpeg
Dès sa sortie de l’École Nationale de théâtre, Renaud Paradis se taille rapidement une place dans le cœur du public, autant sur scène qu’au petit écran. Sur scène, on peut le voir dans plusieurs comédies musicales dont Sweeney Todd (Théâtre Décidel), Chantons sous la pluie et Le Petit Roy (Juste pour rire), Un violon sur le toit (Théâtre du Rideau Vert) et Edgar et ses fantômes (Productions Octave). Au théâtre, il est des distributions de Glengarry Glen Ross (Théâtre du Rideau Vert), des spectacles Les Feluettes et Le Peintre des Madones (Espace Go) et de La Leçon d’histoire (Théâtre Jean Duceppe). À la télévision, il incarne de 2002 à 2016 le rôle de Laurent Trudeau dans le téléroman L’Auberge du chien noir, pour lequel il a été nominé au Gala des prix Gémeaux en 2008. On l’a également vu dans les séries 30 Vies et États Humains. 

Équipe de création

Linda Brunelle

Conceptrice de costumes et de décors depuis 1990, c’est auprès des metteurs en scène Claude Poissant et Martin Faucher qu’elle forge sa signature. Ses créations ont été vues sur plusieurs scènes du Québec, mais aussi du Canada et à travers le monde. On a pu apprécier son travail dans les spectacles Nebbia et iD (Cirque Éloize). Elle a collaboré à différents projets de danse, de cinéma et d’opéra avec des metteurs en scène et chorégraphes québécois, canadiens et européens tels que Lorraine Pintal, Alice Ronfard, Gervais Gaudreault, Éric Jean, Matthew Jocelyn, Alexia Bürger, Ginette Laurin, Pierre-Paul Savoie, Hélène Langevin, Keith Turnbull, Vincent Goethals et Alain Knapp. Parmi ses plus récentes réalisations, mentionnons sa participation à la création des spectacles Le chant du koï (Théâtre Le Clou), Les Diablogues (Théâtre du Rideau Vert), Gretel et Hansel (Théâtre Le Carrousel), Les Chaises (PPS Danse), Ils étaient tous mes fils (Théâtre Jean-Duceppe) et Le roi se meurt (Théâtre du Nouveau Monde). Depuis 2010, elle collabore avec le metteur en scène Gaétan Paré (Le Moche, Faire des enfants, Hamlet est mort, Gravité zéro, Les Morbydes). En juin 2015, elle représente le Québec à l’exposition « Costume at the Turn of the Century 1990-2015 » au A.A. Bakhrushin State Central Theatre de Moscou en Russie. Depuis 2004, elle enseigne la conception de costumes à l’École Nationale de Théâtre du Canada.

Benoît Landry

Formé en théâtre et en musique, Benoit Landry œuvre depuis 2003 comme comédien, chanteur, musicien et metteur en scène. Ce parcours professionnel également partagé entre la création et l’interprétation l’a amené à se retrouver dans différents milieux : ceux du théâtre et de la musique dont il est issu, mais également ceux du cirque et de la danse. Il a travaillé à titre d’interprète ou de concepteur sous la direction de Serge Denoncourt, René-Richard Cyr, Benoît Vermeulen, Martin Faucher, Lorraine Pintal, Daniele Finzi Pasca, Loui Mauffette, Claude Poissant, Monique Gosselin et Sylvain Scott, entre autres. Il a, d’autre part, signé la mise en scène des spectacles Les Sports d’été et Le Voyage d’hiver (Nord Nord Est), Chloé Lacasse – Les Vies possibles et Les Grondements souterrains (In Extremis), de même que l’installation Habitats, présentée dans le cadre du OFFTA 2015. Son travail personnel de créateur s’élabore au sein de l’organisme de création multidisciplinaire Nord Nord Est, dont il est co-fondateur et directeur artistique.

Chloé Lacasse

Chloé Lacasse est une auteure-compositrice et interprète montréalaise francophone présente sur la scène musicale québécoise depuis près d’une dizaine d’années. Elle propose une pop alternative aux arrangements riches qui puise dans différents styles,  comme le pop, le folk, le classique et le rock ambiant. Parmi les étapes importantes de son parcours figurent ses premières places aux concours Ma première place des arts en 2006, puis aux Francouvertes en 2011, cette dernière menant au lancement, la même année, d’un premier album éponyme, réalisé par Antoine Gratton. Un album pop tonique aux influences rock-indie. Son deuxième opus LUNES, quant à lui, parait au printemps 2014 et est plus organique et vaporeux dans la facture. Puis, en 2015, elle reçoit le prix Dédé Fortin décerné par la SPACQ pour son travail d’auteure-compositrice et présente un nouveau spectacle «Les Vies possibles», créé avec des concepteurs issus du monde du théâtre, qui est salué par la critique. D’abord issue d’une formation de comédienne, chanteuse et pianiste classique, Chloé Lacasse travaille aussi comme interprète et comme conceptrice musicale entre autres pour le théâtre et la danse.

Luc Prairie

Œuvrant principalement dans le domaine des arts de la scène depuis plus de 1974, Luc a collaboré, entre autres, avec le Segal Theatre, le Centaur, l’Opéra de Montréal, le Théâtre du Rideau Vert, le TNM, le Théâtre Jean Duceppe, le Théâtre Denise-Pelletier, le Théâtre Le Clou, Dynamo Théâtre, Théâtre Bouches Décousues, Canadian Stage (Toronto) et le Belfry Theatre (Victoria, Colombie-Britannique), Il a été nommé à quatre reprises pour les Masques et il est deux fois récipiendaire du prix du public du Théâtre Denise Pelletier. Il a enseigné les techniques et la conception d’éclairages au Collège Lionel-Groulx et fait partie depuis 2007 du corps professoral de l’École nationale de théâtre du Canada.

Échéancier

Bloc 1 : Travail autour du texte et explorations musicales au Clou    Décembre 2016
Bloc 2 : Répétitions au Clou                                                               Mars-Avril-Mai 2017
Bloc 3 : Répétitions au Clou                                                               Août-Septembre-Octobre 2017
Résidence à Terrebonne                                                       29 octobre au 3 novembre 2017

Disponibilité pour la tournée : à partir de janvier 2018
Dates à retenir : 
– Enchaînement brut : mai 2017
– Représentations expérimentales : 2- 3 novembre 2017

La compagnie

Le Théâtre Le Clou propose un théâtre de création et privilégie la rencontre avec le public adolescent. Codirigée par Monique Gosselin, Sylvain Scott et Benoît Vermeulen, la compagnie est un collectif de metteurs en scène dont les démarches sont personnelles bien qu’intimement liées. Les créateurs du Théâtre Le Clou mixtionnent les matières textuelles, formelles et plastiques. De cet exercice de liberté émergent des créations qui oscillent entre exigence et plaisir, provocation et engagement, beauté et chaos. Depuis plus de 25 ans, Le Clou entraîne tous ceux que la rencontre entre le théâtre de création et l’adolescence inspire. Il accueille aussi les jeunes créateurs stimulés par ce défi artistique. Des milliers de spectateurs au Québec et à l’étranger ont pu applaudir une des 34 créations de la compagnie.
Plusieurs productions du Théâtre Le Clou ont été remarquées au fil des ans. Au moment de sa disparition (2003) et Romances et karaoké (2005) ont remporté les Masques de la meilleure production jeunes publics, du texte et de la mise en scène remis par l’Académie québécoise du théâtre. Assoiffés s’est mérité le Prix de la critique 2007-2008 de l’Association québécoise des critiques de théâtre (AQCT) dans la catégorie jeunes publics. Isberg recevait en 2008 le Prix ROSEQ-RIDEAU. En 2010, le texte de la pièce Éclats et autres libertés se voyait remettre le Prix Louise-LaHaye, décerné par le Centre des auteurs dramatiques (CEAD) et le spectacle celui du Prix de la critique 2010-2011 de l’AQCT.
La compagnie est également maître d’œuvre du projet Les Zurbains, des contes contemporains écrits par des auteurs professionnels et des adolescents, qui font l’objet chaque année d’une présentation sur scène chez les diffuseurs partenaires : le Théâtre Denise-Pelletier à Montréal et le Théâtre jeunesse Les Gros Becs à Québec.

Le Théâtre Le Clou est dirigé par
Monique Gosselin, Sylvain Scott et Benoît Vermeulen

Emilie Champoux, direction générale
Hubert Côté, diffusion et communications
Djanice St-Hilaire, adjointe à la diffusion et aux communications
Marie Ichtertz, diffusion – Europe francophone
Nadine Asswad, diffusion – Marchés anglophones
Nicolas Fortin, direction technique
Maryse Lebrun, adjointe administrative

image005.jpg
5425 Rue de Bordeaux, espace 121
Montréal (Québec) H2H 2P9
Canada
Contact
T. (CA) 514 596 1616
T. (FR)  07 88 37 35 21
Fax.      514 596-1622
info@leclou.qc.ca
http://leclou.qc.ca

Dossier Producteurs PDF 

Publicités